Sélectionner une page

Extrait du roman Le Fil Inversé

Ironie du sort : ce ne fut que lorsque l’air me manqua que j’appris à respirer. Vraiment. Je m’explique : à prendre conscience de chaque bouffée d’air, de sa consistance dans mes poumons. Après cette conscientisation, je visualisai mentalement mes cellules...
Donec ipsum ipsum ut leo. pulvinar ut sit Sed neque. non consequat.